Indicateurs de communauté : sont-ils sensibles à la sélectivité de la pêche ?

 
Jeremy Collie1, Marie-Joëlle Rochet2

University of Rhode Island, Graduate School of Oceanography, Narragansett, Rhode Island, Etats-Unis d’Amérique
Ifremer, Département EMH, Nantes, France

Alors que des progrès constants sont souhaités et réalisés dans l’élaboration d’engins de pêche plus sélectifs afin de limiter le gaspillage causé par les rejets, une approche écosystémique de la gestion des pêches requiert de préserver la structure et le fonctionnement des écosystèmes marins. Or, le prélèvement sélectif, en quantité importante, de catégories restreintes d’animaux pourrait perturber la chaîne alimentaire en retirant de façon disproportionnée des espèces ou classes de taille jouant un rôle déterminant. Nous présentons une comparaison théorique des effets sur les communautés marines d’une pêche sélective par rapport à une exploitation plus équitable. La question est à la fois posée en termes de diversité des espèces et des tailles.

Le modèle LeMans (Length-based Multispecies Analysis by Numerical Simulation) a été développé pour évaluer les réponses des communautés à la pêche (1). Ce modèle simule la dynamique de populations d’espèces multiples structurées en classes de longueur. Il est utilisé pour calculer des indicateurs d’effets de la pêche (abondance, biomasse totale, longueur et poids moyens des animaux dans la communauté et dans les captures, proportion de piscivores, ainsi que des mesures de diversité en espèces et en tailles) sous différents régimes de sélectivité en taille (courbes de sélectivité) ou en espèces (choix des cibles). Ces simulations sont menées avec des jeux de paramètres mimant le Banc George et la mer du Nord. Les effets de la sélectivité en taille dépendent étroitement du chevauchement entre les courbes de sélectivité et le spectre de taille de la communauté simulée ; à capture totale égale, les indicateurs de communauté sont généralement moins sensibles à une pêche non-sélective en termes d’espèce (exploitation indifférenciée de toutes les espèces) qu’aux pêches plus sélectives.

1.Hall SJ, Collie JS, Duplisea DE, Jennings S, Bravington M, Link J. 2006. A length-based multispecies model for evaluating community responses to fishing. Canadian Journal of Fisheries and Aquatic Sciences 63: 1344-59