Influence du dépointage angulaire des faisceaux du sondeur ME70 sur la réponse acoustique de harengs

Mathieu Doray, Laurent Berger, Verena Trenkel

L'échosondeur multifaisceaux Simrad ME70 permet d'échantillonner un volume jusqu'à 10 fois supérieur à celui couvert par les échosondeurs monofaisceaux classiques, avec une résolution améliorée. Ces avancées techniques devraient permettre d'améliorer la précision des indices d'abondance acoustiques des stocks de poissons. Les modèles acoustiques théoriques prédisent cependant que l'orientation des poissons par rapport à l'axe d'un faisceau acoustique peut induire une variabilité supplémentaire de la réponse acoustique. Les faisceaux du ME70 n'étant pas dirigés dans la même direction, il convient de vérifier que ce dépointage angulaire n'induit pas un biais important dans les réponses acoustiques de poissons mesurées dans les différents faisceaux.

Des bancs monospécifiques de hareng très denses occupant de larges portions de la fauchée du ME70 ont été observés de nuit en Manche lors de la campagne IBTS09. Ce jeu de données est analysé afin : i) d'estimer la part de la variance de la densité acoustique de hareng qui peut être expliquée par l'appartenance aux différents faisceaux, ii) étudier l'allure de la courbe de la réponse acoustique des poissons en fonction des faisceaux. L'effet faisceau global sur la réponse acoustique des poissons au sein des zones homogènes est testé par analyse canonique de redondance. Des tests par permutation appariés sont employés afin de tester l'existence de différences significatives entre les médianes des densités acoustiques des différents faisceaux et représenter la réponse acoustique des poissons dans la fauchée.

La part de variance de la densité acoustique de harengs expliquée par l'appartenance à un faisceau était très faible en moyenne (3%) et aucune tendance déterministe n'a été décelée dans la courbe de réponse acoustique des harengs dans la fauchée. Ces résultats suggèrent que l'influence du dépointage angulaire des faisceaux sur la réponse acoustique des poissons est négligeable comparée à la variabilité d'origine biologique (stratégies spatiales, évitement...).