Invasion biologique d’une pêcherie par un compétiteur spatial: optimisation dynamique du programme de contrôle
 
 
Marjolaine Frésard et Jean Boncoeur

UMR M 101 AMURE – Centre de droit et d’économie de la mer, Université de Bretagne Occidentale, Brest (France)
 
 
Ce papier traite du contrôle d’une espèce invasive dénuée de valeur marchande entrant en compétition spatiale avec une espèce native exploitée commercialement. Ce papier propose un modèle bioéconomique théorique représentant l’interaction entre les deux espèces et la contribution des exploitants à la diffusion de l’invasion, dans lequel les variables de commande sont les efforts de prélèvement sur chaque espèce et la fonction-objectif est la rente de ressource de l’espèce native diminuée du coût de contrôle de l’espèce invasive. L’optimisation dynamique du modèle montre qu’il existe une trajectoire conduisant à un état stationnaire optimal combinant l’exploitation rentable du stock natif et la stabilisation de l’invasion à un niveau intermédiaire. Cet état existe si les coûts unitaires de l’effort de pêche du stock natif et de l’effort de nettoyage des zones envahies, les coefficients de dispersion naturelle et anthropique de l’espèce invasive, et le taux d’actualisation ne sont pas trop élevés. Cet état peut être atteint si le niveau d’invasion initial n’est pas trop important.
 
 
Mots clés : approche écosystémique de la gestion des pêches, contrôle des invasions biologiques, modélisation bioéconomique plurispécifique, commande optimale.