Distribution spatiale des captures de la pêche artisanale dans le Golfe d’Arguin, à partir des enquêtes au débarquement

 Gras M.1, Beybou E.2, Wagne O.2, Bouzouma M.2, Labrosse P.2 et Morand P.3

1 Institut Français de Recherche pour l’Exploitation de la MER, Unité EMH
2 Institut Mauritanien de Recherche Océanographique et des Pêches
3 Institut de Recherche pour le Développement, Unité C3ED

Durant les dernières années, une politique d’exploitation durable des ressources a commencé à être implémentée en Afrique. Souvent, la pêche artisanale, qui fournit d’importants intrants pour les populations locales, est autorisée autour et parfois même à l’intérieur des AMP comme dans le cas du Parc National du Banc d’Arguin (Mauritanie). Dans ce cas, seules les embarcations à voile sont autorisées à y pêcher sous réserve de n’utiliser que des engins de pêche réglementés.

Dans le contexte actuel de contrôle des ressources exploitées, évaluer la distribution spatiale de la pression de pêche est déterminant. Malheureusement, dans les pays du sud, le manque de données VMS et GPS rend la tâche difficile. Depuis 2006, l’IMROP, en partenariat avec l’IRD, a développé et mis en place un Système de Suivi des Pêches Artisanales (SSPA) basé sur les déclarations des pêcheurs. Pour une sortie de pêche, le système fournit des informations sur la localisation du site de débarquement, le cap retour de la pirogue depuis le site de pêche, le temps de route retour et la proximité de la côte par rapport au site de pêche.

Ces données sont exploitables grâce à l’utilisation de quelques données de GPS amateurs déclarées par les pêcheurs permettant l’estimation des vitesses maximale et minimale des embarcations. Ainsi, un cône délimité par deux lignes tracées de part et d’autre du cap retour permettent d’évaluer la direction de la zone de pêche. Ce cône est ensuite tronqué par les distances minimale et maximale calculé en multipliant les vitesses par le temps de navigation déclaré. Enfin l’information de proximité de la côte précise la zone de pêche précédemment délimitée.

Ainsi, le résultat final met en évidence les zones sur lesquelles les captures sont réalisées dans le Golfe d’Arguin. Les captures, associées aux cônes sont compilées sur des grilles dont la maille est adaptée à l’étendue spatiale des données. Cet outil sera par la suite implémenté au sein du Système de Suivi des Pêches Artisanales afin de cartographier les indicateurs définis par les gestionnaires.