Utilisation de tableaux croisés d’indicateurs pour évaluer l’impact des  pressions de pêche sur les réservoirs de Selengue et Manantali au Mali.
 
J. KANTOUSSAN, J-M ECOUTIN, L. TITO DE MORAIS, R. LAE

IRD, Centre de Brest
 
 
Un suivi annuel des débarquements de la pêche artisanale réalisé en 2002-03 a permis une  étude comparative des peuplements de poissons de deux réservoirs artificiels au Mali : Manantali et Selengue. La principale différence entre ces deux réservoirs se situe au niveau des pressions de pêche : fortes à Selengue et beaucoup plus faibles à Manantali. Les effets de la pêche sur la structure des peuplements débarqués sont analysés à travers des indices de rendement, de diversité spécifique, de taille et de niveaux trophiques. Les premiers indicateurs (CPUE et rendement par hectare) sont simples et semblent suffisamment robustes pour décrire correctement les changements liés à l’exploitation halieutique. Les indicateurs basés sur la composition spécifique en termes d’abondance relative et de traits de vie semblent  plus appropriés que les indicateurs classiques de diversité. En termes de taille, il semble qu’à Selengue les pratiques de pêche qui ciblent principalement le recrutement de l’année constituent un facteur fortement structurant. Malgré des valeurs proches de la pente du spectre de taille, les valeurs moyennes de longueur observée entre réservoirs ou dans le temps (variations saisonnières ou interannuelles) représentent des outils de diagnostic incontournables. Enfin, la structure trophique des deux réservoirs laisse apparaître des différences importantes : peu de prédateurs terminaux et beaucoup d’espèces de bas niveau trophique à Selengue alors qu’à Manantali la contribution des prédateurs terminaux à la capture totale est au moins le double de celle de Selengue. Globalement ceci se traduit par un niveau trophique moyen des captures à Selengue (2.80) plus faible qu’à Manantali (2.97).
Les indicateurs sont utilisés pour une comparaison spatiale entre les deux lacs et temporelle par référence à une expertise réalisée pendant troismois en 1994/95 sur ces deux écosystèmes. La valeur de certains de ces indicateurs dépend largement des stratégies de pêche développées surtout en début d’exploitation mais leur analyse croisée permet de construire des tableaux et des outils de diagnostic utilisables à partir des données de capture des pêches artisanales multispécifiques à panoplie technologique diversifiée.