Le traceur Sr/Ca : indicateur de salinité, température, ou ontogénèse. Le cas des Amphiprions clarkii
 
LABONNE Maylis1, BARTHELEMY Dominique2, JOLIVET Aurélie1, MORIZE Eric1, DABAS Eric1, BOHN Marcel3

1 LEMAR/IRD-CNRS-UBO, UMR 6539, Centre IRD de Bretagne, BP 70, 29280 Plouzané, France.
2 Oceanopolis, Port de plaisance du moulin blanc, BP 91039, 29 210 Brest cedex 1, France.
3 Ifremer, Centre de la microsonde Ouest, 29 280 Plouzané, France.

 
 
 
Depuis de nombreuses années, le rapport Sr/Ca dans les carbonates marins est un proxy largement utilisé notamment comme indicateur des migrations. En effet, le strontium, de rayon ionique semblable et de valence identique au calcium, est incorporé dans la matrice aragonitique en remplacement d’un ion calcium. L’incorporation du Sr est fonction de paramètres environnementaux (température, salinité) ainsi que de paramètres endogènes (ontogénèse, croissance, état reproducteur). Notre étude s’est plus particulièrement attachée à observer les relations entre signal Sr/Ca, température et salinité pour des gammes de température correspondant à des milieux tropicaux avec de faibles variations de salinité. Elle s’est également focalisée sur les premiers stades de vie (4 mois) car un fort dépôt de matériel a lieu sur l’otolithe laissant supposer un enregistrement à haute fréquence des conditions environnementales.
 
Deux pontes d’Amphiprion clarkii ont été suivies à Océanopolis (Aquarium de Brest). Vingt-cinq jours après l’éclosion les poissons ont été marqués à l’alizarine puis séparés afin de subir trois conditions expérimentales différentes de températures (23°, 26°, 29°) et de salinités (20, 28, 35). Les durées ont été calculées afin que la même quantité de matériel se dépose sur l’otolithe dans les différentes conditions expérimentales. Un marquage à l’alizarine a été effectué à chaque changement de condition expérimentale permettant la calibration temporelle des otolithes par le dépôt d’une marque fluorescente. Le rapport Sr/Ca est mesuré par microsonde électronique WDS sur des transects noyau- bord externe de l’otolithe à un pas de 10 µm.
 
Les variations observées le long des transects des différentes expériences se révèlent être sensiblement identiques laissant présager une forte dominance du facteur ontogénèse sur l’évolution du Sr/Ca de l’otolithe. A l’inverse température et salinité semblent influer la croissance somatique.