Les habitats-clés de l’estuaire de la Loire. Approche par modélisation trophique et SIG
 
Lise Lebailleux1, Sébastien Rochette2 et Jérémy Lobry1

1GIP Loire Estuaire,  22 rue de la Tour d'Auvergne, 44200 Nantes
2Agrocampus Ouest, Pôle halieutique, 65 rue de Saint-Brieuc CS 84215, 35042 Rennes Cedex

 
 
Les milieux estuariens sont des mosaïques d’habitats qui assurent différentes fonctions écologiques indispensables aux cycles de vie de nombreuses espèces de poissons ou d’oiseaux. La plupart des grands estuaires sont soumis depuis de nombreuses années à d’importantes pressions démographiques, économiques et écologiques. Afin de préserver, voire restaurer, leur fonctionnement écologique, il est nécessaire de mieux appréhender la vulnérabilité de ces écosystèmes aux effets conjugués, directs et indirects, des activités humaines.
 
Les indicateurs mis en place pour suivre la qualité écologique des masses d’eau estuariennes, notamment dans le cadre de la Directive Cadre Européenne sur l’Eau, reposent essentiellement sur des critères structurels (composition spécifique et abondance des peuplements biologiques). Ils sont peu ou pas spatialisés et prennent mal en compte les aspects fonctionnels et les interactions spécifiques.
 
Ce travail propose d’utiliser les résultats d’une démarche de modélisation du réseau trophique de l’estuaire de la Loire afin d’identifier les processus majeurs, les espèces–clé ainsi que les compartiments et les interactions structurants au sein de l’écosystème. Afin de combiner au mieux les sources de données (avis d’experts et données quantitatives), le réseau trophique est modélisé de manière qualitative et semi-quantitative avant d’aborder une modélisation quantitative de type ECOPATH. Associés à une approche spatialisée des fonctionnalités écologiques des habitats de l’estuaire, les résultats permettent de caractériser des habitats-clé dont la protection et la gestion sont essentielles à la préservation des capacités de résilience et de résistance de l’écosystème. Résolument orientées vers une prise en compte des aspects fonctionnels et spatiaux, ces approches apportent une lecture critique des indicateurs DCE.
 
En particulier, les vasières mésohalines de la Loire jouent un rôle particulièrement important pour la fonction de nourricerie de poissons marins de l’estuaire de la Loire. La modélisation permet de confirmer voire quantifier ce rôle et ainsi envisager des efforts de conservation et de restauration.