Étude prospective de l’exploitation des coquillages au large des côtes d’Aquitaine. Ressources et première approche économique

 
Gilles Morandeau, Nathalie Caill Milly, Marie-Noëlle de Casamajor, Benoît Duclercq

Laboratoire Ressources Halieutiques d’Aquitaine (LRHA) UFR Côte Basque - 1 allée du Parc Montaury 64600 Anglet

 
Une campagne de prospection bivalves, entre Capbreton et Hourtin, a été mise en œuvre à la demande du Comité Régional des Pêches Maritimes d’Aquitaine dans une optique de diversification des activités de pêche. Un navire professionnel, affrété pour réaliser cette prospection, a été équipé d’une drague à petits bivalves. Les objectifs étaient de déterminer les espèces présentes, leurs répartitions et de comparer les rendements et les performances économiques avec ceux obtenus sur d’autres secteurs exploités avec les mêmes engins (dragueurs de Granville notamment).

Au cours des 8 marées réalisées, à des profondeurs comprises entre 20 et 80 mètres, 24 espèces de bivalves et le bulot ont été capturés. Au vu des répartitions et des densités estimées, 6 d’entre elles seraient susceptibles de permettre l’éventuelle ouverture d’une pêcherie : Spisula solida, Tellina crassa, Glycymeris glycymeris, Laevicardium crassum, Callista chione, Dosinia exoleta. La répartition spatiale des populations en fonction de la densité fait apparaître deux secteurs : le premier au nord d’Arcachon et le second au large de la côte landaise.

La campagne ne permettant pas d’estimer les biomasses exploitables et les motivations de la profession étant essentiellement économiques (maintien ou amélioration du chiffre d’affaires) des indicateurs économiques ont été retenus et des scenarii envisagés afin de discuter des modalités de cette exploitation. Ils portent uniquement sur des résultats journaliers autorisant une exploitation viable selon différents paramètres : densités de coquillages, caractéristiques d’engin, prises accessoires, taux de casse (rejets). Des entretiens avec des acheteurs potentiels font apparaître des incertitudes sur les prix et les volumes commercialisables pour ces espèces. Ces éléments ont été utilisés pour discuter de la pertinence des différents scenarii à partir des objectifs économiques fixés.