La surexploitation

Dans le domaine des pêches, il est fait référence à la surexploitation de façon de plus en plus systématique. Mais de quoi s’agit-il et sur quels aspects peut porter la surexploitation ? Quelles sont les situations justifiant un tel diagnostic ? Quels sont les outils permettant d’évaluer un état de surexploitation ? Quels sont les moyens d’éviter un tel état, ou de revenir dans une situation plus satisfaisante ?... Trois sessions seront organisées :

1. Définitions, réalités et représentations de la surexploitation (qu’est-ce ?)
Il s’agit de préciser les définitions et les mécanismes de la surexploitation. Outre la ressource biologique et les écosystèmes, d’autres composantes pourront aussi être abordées : par exemple les facteurs de production ou l’utilisation de l’espace. L’apport de l’histoire et l’étude des représentations de la surexploitation pourront permettre de relativiser les diagnostics et de préciser la nature des processus ou itinéraires qui conduisent ou ont conduit aux divers états de surexploitation.

2. Identification et évaluation des états de surexploitation (comment mesurer ?)
En fonction des diverses situations présentées quels sont les outils existants ou en élaboration permettant de caractériser qualitativement ou quantitativement l’existence et les niveaux de surexploitation.

3. Régulations et surexploitations (que faire ?)
On s’intéressera ici à la gestion, à ses outils, à sa mise en oeuvre, en prévention de- ou face à la surexploitation. On tiendra compte en particulier de la diversité des ressources et de leurs comportements, des institutions, des modes d’exploitation et d’appropriation de la ressource et de l’espace...