Site institutionnel d'Agrocampus OuestAGROCAMPUS OUEST

Pôle halieutique, mer et littoral

Fisheries and Aquatic Sciences Center

Day Louise
louise.day@agrocampus-ouest.fr
Tel :


Doctorante
Écologie halieutique


Activités

Poste actuel

UMR Écologie et santé des écosystèmes (ESE), Équipe de recherche Écologie Halieutique, Agrocampus Ouest/INRA Rennes
Unité Ecologie et Modèles pour l'Halieutique (EMH), Institut Français de Recherche sur l'exploitation de la Mer (Ifremer) Nantes

Recherche

Intitulé de la thèse
Capacité et fonctionnement trophique de la baie de Seine: relation avec le recrutement des espèces nourricerie-dépendantes
Thème de recherche actuel
Encadrement : Hervé Le Bris (UMR ESE, Agrocampus Ouest, Rennes), Anik Brind'Amour (UR EMH, Ifremer Nantes)

L'objectif général de ma thèse est de comprendre les liens entre la capacité trophique de la baie de Seine et la production de juvéniles de poissons.
L’estuaire de la Seine a subi d’importantes modifications morphologiques depuis le début du 19ième siècle, et de manière plus intense au cours des 30 dernières années. Certaines des conséquences engendrées ont été caractérisées comme le perte d’espace disponible ou l’envasement significatif de l’estuaire aval. Or, cet estuaire assure une fonction de nourricerie, indispensable au développement des jeunes poissons marins qui rejoignent ensuite les populations du large et contribuent ainsi au recrutement, et donc au renouvellement des stocks de poissons adultes.

Je cherche à établir dans le cadre de cette thèse le caractère limitant ou non de la capacité trophique sur la production de juvéniles à plusieurs échelles dans le but d’une meilleure compréhension des processus :

  • Variabilité interannuelle de la capacité trophique de la baie de Seine et d’autres nourriceries françaises et le lien avec le recrutement des espèces nourriceries-dépendantes.
    Est-ce que la nourriture disponible limite la production de juvéniles ? Si oui, quels sont les drivers de la quantité de nourriture et quelles sont les conséquences sur le recrutement de ces espèces ?
  • Variabilité saisonnière de la capacité trophique de la baie de Seine et le lien avec la croissance et la condition des juvéniles.
    La limitation trophique intervient-elle en début de saison à l’installation des juvéniles sur la nourriceries (mai) ou fin de saison (septembre/octobre) ?
  • Variabilité spatiale de l'offre alimentaire et la contribution relative de différents secteurs de la baie de Seine dans le régime alimentaire des juvéniles.
    Comment les différents secteurs de l’estuaire interviennent ils dans la croissance des juvéniles et ainsi, dans la potentielle limitation trophique ?

Projets en cours
CAPES, Gip Seine Aval
Sélection de publications récentes

Création et mise à jour du site Catherine Le Penven et Jérôme Guitton