Spécialisation Sciences halieutiques et aquacoles

Ingénieur agronome spécialisé en sciences halieutiques et aquacoles

Répondre aux nouveaux défis de secteurs en pleine mutation : la pêche et de l'aquaculture

La spécialisation d'ingénieur agronome Sciences halieutiques et aquacoles d’AGROCAMPUS OUEST a pour objectif de former les cadres du secteur, dans l'optique d'une pêche responsable, d'une aquaculture durable, d'une gestion intégrée des zones côtières et des milieux aquatiques.

Il s'agit d'une formation pluridisciplinaire qui a pour objet de fournir les bases nécessaires à la compréhension :

  • de la dynamique des ressources vivantes et des écosystèmes aquatiques,
  • du fonctionnement des systèmes d'exploitation, de l’amont à l’aval des filières.

Les étudiants ayant suivi la formation seront ainsi capables d'analyser les usages et modes de gestion des systèmes halieutiques et aquacoles, tant du point de vue scientifique et technique que du point de vue des comportements stratégiques des différents acteurs.

Ils ont choisi l'halieutique !

Des diplômés reviennent sur les raisons de leur choix.

Ils maîtriseront les théories et méthodes liées aux domaines de l’écologie marine, de la biologie des ressources vivantes aquatiques, des modes d’exploitation, de l’économie des ressources naturelles, de la valorisation des produits.

Etudiants sur le terrain

Voies d'admission

La spécialisation Sciences halieutiques et aquacoles est organisée sur une période de 18 mois, en fin de cursus d’ingénieur agronome.

Elle est ouverte de droit aux étudiants agronomes d’AGROCAMPUS OUEST et après sélection sur dossier, pour une admission en début de semestre 8 post-bac, à l’ensemble des étudiants de l’enseignement supérieur agronomique français ou étranger.

Le recrutement dans l’enseignement supérieur agronomique français se fait lui-même sur concours principalement après une classe préparatoire BCPST ou TB (concours national dit agro-véto) mais également pour un effectif réduit après un cursus universitaire (L2, L3, licence pro) ou certains BTS ou DUT.

Les étudiants internationaux sont invités à candidater au concours DE qui leur donne accès directement au niveau master 1 et à la spécialisation halieutique.

Etudiants

Organisation du cursus

3 semestres pour se spécialiser

Le semestre 8

Le semestre S8 comporte 3 unités d’enseignement communes à toutes les spécialisations et 5 unités d’enseignement de spécialisation, spécifiques à la formation en sciences halieutiques et aquacoles.

Le semestre 8 est constitué de :

  • 3 unités d'enseignement (UE) généralistes, communes à toutes les spécialisations du cursus d'ingénieur agronome :
    - UE de tronc commun agronomique (4ECTS, 50h) : analyse des données, notion de risques : évaluation, gestion et prévention, management : santé et sécurité au travail (cette UC étant liée au stage S7, elle ne concerne que les agronomes Agrocampus Ouest)  
    - UE langues étrangères LV1 et LV2, dont l’anglais qui est obligatoire (2x25h, 3 ECTS)
    - UE conduite de projet innovant, en lien avec la spécialisation (60h, 4 ECTS)
  • 5 unités d'enseignement (UE) spécifiques au domaine, obligatoires pour tous les étudiants qui suivent la spécialisation Sciences halieutiques et aquacoles,  et  ouvertes aux étudiants des autres spécialisations ou à la formation continue (50h et 4 ECTS par UE)
    - UE1 Milieux aquatiques
    - UE2 Dynamique des populations et gestion des pêches
    - UE3 Biologie et écologie des animaux aquatiques
    - UE4 Production (pêche et aquaculture) et produits halieutiques
    - UE5 L’environnement vu par les sciences sociales : économie, droit, sociologie

Le semestre 9

Quatre options sont proposées aux étudiants en début de semestre 9 :

L'option AQUA est dévolue aux étudiants qui souhaitent développer un projet professionnel portant sur le développement, la gestion, l’innovation et la recherche dans le domaine des filières d’élevages de poissons, de crustacés et de mollusques, produits en milieu marin, saumâtre ou dulçaquicole. L’aquaculture est devenue le secteur dont la croissance est la plus forte dans le domaine de la production alimentaire mondiale. Elle constitue une réponse majeure à l’accroissement de la demande de produits de la mer. Elle présente une grande diversité liée au milieu, à l'espèce et au mode d’élevage. Cette diversité se retrouve dans les situations économiques et le potentiel de développement variables selon les filières.

La dynamique actuelle de l’aquaculture est liée pour une bonne part au progrès des connaissances scientifiques et à la maîtrise des cycles biologiques des espèces et du milieu d’élevage. Beaucoup de productions sont récentes et l’aquaculture se trouvent aujourd'hui confrontées à de véritables défis à diverses échelles : compétition pour l’espace et les ressources,  gestion de la ressource en eau et respect de l’environnement, qualité et santé des élevages, qualité et sécurité des produits, diversification et mondialisation des marchés. Les technologies aquacoles et les problématiques de qualité des produits et d’impact environnemental sont donc particulièrement développées au sein de cette option. 

L'option GPECC concerne les étudiants intéressés par la gestion de la pêche et de l’aquaculture (maritimes, côtières, continentales) et l’appui à ces professions, en prenant en compte les aspects d’aménagement du territoire, dans la zone côtière mais aussi au sein des systèmes aquatiques marins et continentaux. Les concepts de gestion intégrée et de concertation y font l’objet d’une attention particulière. La formation reste très pluridisciplinaire sur l’ensemble du parcours et fait appel aux sciences naturelles et aux sciences humaines. Le but est de faire acquérir aux étudiants une démarche systémique afin d’analyser les nombreux éléments en interaction.

Cette formation répond à une demande sociétale croissante et à des enjeux locaux et internationaux. La démarche systémique semble en effet indispensable pour gérer de manière durable ces espaces spécifiques qui font l’objet de nombreux usages et convoitises. L'option vise ainsi à former les cadres de l’administration des pêches (dans les collectivités territoriales, et les administrations ou structures nationales ou internationales), ainsi que les responsables, chefs de projets, chargés d’étude (etc.) des structures professionnelles et des structures d’accompagnement de l’activité de pêche (en mer ou en eau douce). 

L'option PVH s’adresse aux étudiants souhaitant avoir une vision globale de la filière halieutique. Ce parcours intègre à la fois des aspects très en amont, concernant la gestion de la ressource, les modes de production liés à la pêche et à l’aquaculture, mais également des aspects de valorisation des produits. Ces aspects plus en aval, reposent sur une bonne maîtrise de la qualité et de la transformation de la matière première halieutique, ainsi qu’une bonne connaissance de ses modes de commercialisation et de marketing,  passant entre autre, par la mise en place de labels de qualité ou de démarches éco-responsables.

Cette formation doit permettre aux futurs cadres d’intégrer une entreprise de distribution ou de transformation des produits halieutiques pour y exercer différentes fonctions (acheteur, responsable qualité, production ou marketing …). Elle doit également constituer une voie d’accès aux différentes organisations de producteurs, ou autres structures de l'interprofession souhaitant recruter un cadre ayant une bonne vision du monde de la production (pêche et aquaculture) et connaissant les exigences et les technologies pour une valorisation satisfaisante des produits. 

L'option REA est très axée sur le cycle de vie et la dynamique des ressources vivantes aquatiques, en lien avec les écosystèmes où elles vivent, et sur les interactions avec les activités anthropiques (réponse des populations, des communautés et des écosystèmes aux impacts anthropiques, notamment à l’exploitation…). Une partie importante de la formation est par ailleurs consacrée à l’apprentissage des méthodes d'analyses quantitatives et de modélisation qui s’y rapportent (analyses statistiques, évaluation des stocks, modèles et indicateurs écosystémiques, approches bayésiennes, aspects spatiaux,…). Cette option a ainsi une forte composante d’écologie quantitative.

Cette option a vocation à former les futurs cadres scientifiques du secteur des pêches (maritimes mais aussi continentales), dont l’activité se situera en amont du secteur. La recherche, constitue un objectif majeur de ce parcours, dont la poursuite en thèse est un prolongement naturel. L'option concerne également les étudiants intéressés par la gestion opérationnelle des ressources et des activités liées à leur exploitation. 

Les étudiants suivent au semestre 9 des unités d’enseignements (UE) qui leur sont communes et des UE qui dépendent de l'option qu’ils ont choisie.

Tronc commun

  • UE Tronc commun Sciences Halieutiques et Aquacoles (TC-SHA)
  • UE Langues et mise en situation professionnelle (LV-SP)

Option Aquaculture

  • UE Environnement et productions aquacoles (EPA)
  • UE Valorisation des produits aquatiques (VPA)

Option Gestion des pêches et des écosystèmes côtiers et continentaux

  • UE Ressources halieutiques et gestion des stocks (RHGS)
  • UE Territoires et écosystèmes côtiers et continentaux (TECC)

Option Production et valorisation halieutique

  • UE Ressources halieutiques et gestion des stocks (RHGS)
  • UE Valorisation des produits aquatiques (VPA)

Option Ressources et écosystèmes aquatiques

  • UE Ressources halieutiques et gestion des stocks (RHGS)
  • UE Modélisation halieutique (MODH)

Le semestre 10

Le semestre 10 est consacré à un stage de fin d’études en milieu professionnel, également lié à l'option choisie.

L’objectif de ce stage est de valoriser les compétences, connaissances et méthodes de travail acquises à Agrocampus Ouest. Il permet à l’étudiant d’acquérir des connaissances et une expérience dans un domaine professionnel et se conclut par la rédaction d’un mémoire et d’une présentation orale de 30 min devant un jury.

2019 - Taron Clément - Analyse des paramètres physico-chimiques d'un élevage larvaire de Penaeus monodon et définition des zones favorables pour optimiser la survie

2019 - Stephant Émilie - Réponse des communautés faunistiques des milieux aquatiques à une opération de restauration de la continuité écologique : élaboration et application d’un programme de suivi pluriannuel à deux ouvrages

2019 - Parent Maude - Evaluation de la connectivité hydrobiologique entre le milieu marin et le complexe lagunaire du Vaccares via les étangs et marais des salins de Camargue

2019 - Kleiber Aude - Discrimination abilities of 2D photographs of congeners in rainbow trout: the use of an innovative operant conditioning device

Des métiers diversifiés

De nombreux débouchés à l'international

Secteurs d'activité

La spécialisation d'ingénieur agronome Sciences halieutiques et aquacoles est une formation polytechnique qui prépare des professionnels appelés à travailler dans tous les secteurs : production et organisations professionnelles, valorisation des produits halio-alimentaires et commerce, recherche - études - développement, administration et secteurs para-publics, gestion des espaces côtiers. Outre le marché de l’emploi national, de nombreuses possibilités s’offrent hors de France, notamment dans les pays francophones, soit directement en coopération bilatérale ou par des organismes de recherche et de coopération. Les secteurs visés sont ceux de la recherche et du développement, des organisations professionnelles ou de l’administration des pêches et de l’aquaculture, de la transformation et du négoce international des produits de la mer.

Fonctions exercées

Les étudiants qui visent la recherche publique ou privée (cadre de recherche / développement) trouvent assez facilement une thèse (principalement dans le domaine de l’écologie marine quantitative) ; leur insertion professionnelle est actuellement très satisfaisante, mais à l’issue d’un processus de formation qui est long.

À l’inverse, les étudiants visant le secteur du commerce et de la transformation (chargé des approvisionnements, responsable qualité, …) s’insèrent rapidement dans des conditions de salaire souvent avantageuses.

Les ingénieurs agro-halieutes ont également une excellente lisibilité au sein des administrations (conseiller scientifique, gestionnaire de projet) et des structures professionnelles ou interprofessionnelles de la pêche et de l’aquaculture (cadre d'organisation de producteur, responsable ou conseiller d'armement de pêche, responsable production en aquaculture, responsable formulation aliment poisson, …). 

Les métiers de l'halieutique

Des métiers en adéquation avec la formation

Plus d'information sur les métiers et les chiffres de l'insertion professionnelle sur le site internet de l'association Agro-Halieutes